Partenariat Algérie-Belgique Développer la formation maritime et portuaire

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemaâ Talaï, a examiné lors de sa visite, à Bruxelles le 27 février 2017, avec le ministre belge de la Mobilité, François Bellot, les moyens d'approfondir le partenariat économique entre les deux pays, notamment dans le domaine du transport maritime, ferroviaire et aérien. Les entretiens, qui se sont déroulés en présence des cadres des ministères des deux pays, ont permis de procéder à l'évaluation des relations bilatérales et les moyens de les renforcer davantage, à travers, notamment, l'identification de nouveaux domaines de coopération, selon une source diplomatique.

M. Talaï a évoqué lors de cette rencontre les réformes engagées par le gouvernement algérien visant à diversifier l'économie nationale et à encourager l'investissement national et étranger, mettant en exergue les efforts consentis, ces dernières années, par les autorités algériennes pour moderniser le secteur des transports en Algérie.

Protocole d’accord en matière de formation maritime et portuaire

L'Algérie et la Belgique ont signé un protocole d'accord en matière de formation maritime et portuaire en vue de contribuer au développement des compétences dans ces deux secteurs. L'accord a été signé par le président-directeur général du groupe des services portuaires (SERPORT), Mohamed Yassine Hafiane et par l'administrateur délégué du Centre belge de formation des cadres dans les domaines portuaire et maritime (APEC), Kristof Waterschoot en marge de la visite du ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemaâ Talaï en Belgique.
Le protocole d’accord vise à «mettre en place un cadre de travail commun» pour le développement de la coopération en matière de formation maritime et portuaire, entre le groupe SERPORT et l'APEC, a déclaré à l'APS M. Talaï. Selon le premier responsable du groupe SERPORT, cette coopération «peut être étendue à d’autres activités dans l’objectif de contribuer au développement des compétences dans les secteurs portuaire et maritime».
La coopération entre SERPORT et l'APEC portera essentiellement sur l’échange d’informations, de documentations, de formateurs, d’intervenants, d’experts et des expériences acquises de part et d’autre, dans les domaines de formation aux métiers maritime et portuaire. Elle offrira également la formation et le perfectionnement dans les activités liées à la gestion et l’exploitation portuaire, notamment le management portuaire, la manutention, la maintenance des équipements et des infrastructures, ainsi que la gestion des terminaux portuaires. Le protocole d'accord prévoit, en outre, la conception et la réalisation communes des programmes de formation dans le domaine de la gestion maritime et de l’exploitation portuaire, ainsi que l’organisation conjointe de journées d’études, de séminaires, de conférences, et de colloques nationaux et internationaux sur des thèmes d’intérêt commun. «Nous comptons beaucoup sur le développement de la coopération en matière de formation entre SERPORT et APEC au profit du personnel de la communauté maritime et portuaire algérienne», a confié le PDG de SERPORT, annonçant la création prochaine d'une école de management des métiers portuaires en Algérie.
«L'APEC sera d'un grand apport non seulement dans l'élaboration du programme de formation, mais également dans la formation des futurs formateurs», a-t-il ajouté. L'accord engage le Centre belge de formation des cadres dans les domaines portuaire et maritime à dispenser des formations de moyenne et courte durée au profit du personnel algérien du secteur. «Les bénéficiaires suivront des formations de 18 à 24 mois ou des séminaires d'une à deux semaines qui seront dispensés, par alternance, à Alger et à Anvers», a souligné M. Hafiane qui table sur la formation de 50 à 60 personnes par an.(média)


Localisation du port