Histoire d’une Nation, Mémoire d’un peuple.

Moments de grande émotion donc ce mardi 2 mai 2017 avec la commémoration du 55eme anniversaire des 200 victimes du port d’Alger victimes des attentats de l’OAS .C’était le 2 mai 1662, quelques mois seulement avant l’indépendance de l‘Algérie que l’Organisation de l’armée secrète coloniale, adepte de la terre brulée a commis l’attentat le plus dévastateur de es crimes conte les algériens Ce mardi printanier, les hommes qui ont fait l’histoire du port d’’Alger étaient là. Pas tous, beaucoup sont décédés, d’autres ont pris un sacré coup de vieux et sont restés à la maison, et les plus téméraires sont venus malgré un état de  santé déclinant. Des commémorations pareilles les transmutent dans un passé fait de sang , de larmes et de joies éphémères.

Les faits : Une voiture piégée - chargée de ferraille et de morceaux de fonte - a explosé devant le centre d’embauche des dockers sur le port.

Il était 6h10, douze ou treize-cents dockers musulmans attendaient, comme chaque jour à la même heure, de prendre leur travail quand se produisit la déflagration. La foule des ouvriers fut littéralement fauchée par les débris de la voiture déchiquetée et la mitraille qu’elle contenait. On ignore les noms exacts des victimes. Selon les musulmans, il y aurait une trentaine de tués, mais de source officielle, on ne fait état que d’une dizaine de morts. Le nombre de blessés atteint la centaine.

Fait particulièrement odieux : des commandos activistes (OAS) embusqués dans les immeubles voisins guettaient les survivants après l’explosion de la machine infernale. Ils ont tiré sur ceux qui s’enfuyaient à coup de revolver et de mitraillettes. Ils ont achevé les blessés.

Aujourd’hui, le gouvernement et les portuaires ont rendu hommage à l’Histoire, à la Mémoire du peuple.


Localisation du port